© 2016 Tous droits réservés. Photos John Ashpool.

Couleur céramique 6

25-28 septembre 2019

LE VOLUME, SON DÉCOR

(ET L'AJOUT DE TEXTILE)

Blandine Masure

 

Blandine Masure travaille sur des formes très simples qui partent du plat mais se détachent de sa fonction utilitaire pour devenir un support céramique de forme ronde et épurée lui permettant de privilégier une recherche graphique. Cette recherche n'ayant pas de limite technique, elle peut passer par l'expression graphique ou gestuelle du pinceau proche de la calligraphie Extrême-orientale à la recherche d’un crayonnage qui évoque le dessin papier, abstrait ou figuratif, au moyen de différents oxydes, ou par la mise en relief du fond céramique par piquetage, etc….

.

Blandine Masure façonne les plats à la plaque dans des moules en plâtre, puis les retravaille sur des coussins quand ils sont à dureté cuir pour leur enlever de l’épaisseur et construire éventuellement un bord.

Avec un sens de la couleur remarquable, l'artiste décore ses plats de grès avec des engobes faïence/porcelaine puis des oxydes ou des colorants industriels.

 

Blandine Masure aime les grands formats pour la liberté du geste et l'impact visuel produit. Elle a également exploré la combinaison du textile et de la céramique, adjoignant en bordure de ses plats un fin liseré de crochet coloré qui vient enrichir la pièce. Un travail développé notamment dans des pièces à quatre mains avec l'illustratrice Joanna Concejo à l'occasion d'une exposition commune.

 

Ses pièces sont cuites à basse température, environ 1020°, dans un four électrique.

Pièce réalisée avec Joanna Concejo.

Grand plat à motifs graphique avec liseré de crochet.

Workshop

Outre des démonstrations de son travail et des mini-conférences sur son parcours et ses sources d'inspiration, Blandine Masure proposera divers exercices, orientations de travail et pistes de réflexion sur le volume et

ce que l'on peut apporter à une forme par le décor et par l'ajout d'un autre matériau.

 

 > Exercices sur le volume à partir de documents, photos, dessins. A l'aide de techniques variées : colombins, plaques, pinçage.

 

>  A partir des exercices de volumes, dépasser des limites : plus grand, plus haut, plus long, plus petit...

 

 > Exercices sur le graphisme, la couleur, le geste, le plein, le vide, le trait, l'abstraction, la figuration.

 Pour que le décor s'adapte à la forme.

 

 > Choix des formes qui se prêtent au décor.

 Engobage des volumes.

 

 > Intervention du décor sur sa forme.

 

 > Travail sur le volume en vue d'y ajouter un matériau extérieur (textile, tissus, bois, métal) en complément, en contraste.

Accompagnement du travail de chacun, l'objectif étant de pouvoir intégrer nouvelles idées et techniques à son univers personnel.

Les stagiaires qui le souhaitent repartent avec leurs pièces crues.

Les repas constituent autant de moments d'échange convivial entre le groupe et la céramiste.

Série Les volcans, 2018.

Bleu, Carré, Orange, Rose, Rouge, BD.

Céramiste voyageuse

 

« Je suis née en 1964 à Montpellier, dans le Sud-Est de la France. J'ai vécu dix ans en Italie où j'ai fait mes études en sculpture à l'école des Beaux-arts de Florence et de Bologne. En parallèle, j'ai étudié la calligraphie orientale et j'ai travaillé avec des ateliers de céramique pour la fabrication de prototypes.

En 1996, je suis partie au Japon avec une bourse d'étude du gouvernement japonais pour étudier la céramique et après avoir obtenu un Master II en pédagogie artistique option céramique, je me suis installée dans la campagne japonaise où j'ai ouvert un atelier.

Six ans plus tard, de retour en Europe, j'ai passé six mois au Wandsworth College à Londres en Angleterre pour perfectionner mon apprentissage, puis j'ai suivi la formation de la Maison de la céramique de Dieulefit, dans la Drôme, en France.

 

Ensuite, je me suis intallée à Paris pendant 5 ans, où j'ai eu un atelier à Ivry-sur-Seine.

Depuis 2010, je suis installée à Dieulefit et mon atelier est situé à L'Usine, un collectif d'artistes au Poët-Laval, un petit village proche de Dieulefit.»

De gauche à droite : Grand plat bordé de crochet. Blandine Masure. Pièce réalisée avec Joanna Concejo. L'atelier de L'Usine.

Informations pratiques

Participants

Ouvert à tous les céramistes professionnels ou motivés.

Tarifs

460 $ pour 4 jours, matière première incluse.

Apportez vos outils de travail habituels ; tournettes, chalumeau ou décapeur thermique si vous en avez (pour séchage rapide). 

Tabliers ou vêtements de travail.

 

Hébergement

Hébergement en demi-pension sur place ou dans gîte ami en chambres partagées de 2 personnes ou chambre seule et salles de bain partagées.

>Forfait demi-pension par personne quatre jours, quatre nuits : nuit avec petit déjeuner continental, repas du chef  à midi : 250 $ (300 $ en chambre seule).

>Le soir, chacun peut préparer librement son repas dans la cuisine.

>Possibilité d'arriver dès le mardi soir. Et de rester le samedi soir. 5ème nuitée offerte.

>Repas possible le mardi soir : 18 $.

>Tous les prix sont taxes incluses.

Informations et inscriptions

Merci de compléter le formulaire ci-dessous et de le renvoyer avec votre acompte.

lamaisondesgrandschamps@gmail.com

« Comment rendre avec la terre la légèreté, le goût de l’éphémère ?” De cette préoccupation est venue l’idée de ces vastes coupes au fond arrondi et instable ; mais aussi celle de border certains bols d’une fine dentelle au crochet, comme un rappel des ouvrages, légers, aujourd’hui désuets de nos grands-mères et qui, pour Blandine Masure, ont le droit de se mêler à l’oeuvre contemporaine. “C’est un jeu, quelque chose du jeu de l’enfant, c’est à dire un jeu sérieux”. Si on lui demande quelles sont ses références artistiques, elle cite d’abord Alechinsky (pour les bordures de ses tableaux), le groupe Support-Surface, Cy Twombly pour la gestuelle ou Sol Le Witt pour le motif très organisé, Dubuffet pour le mélange des matières.

Mathilde Bellaigue, in La Revue de la céramique et du verre, n°173, juillet-août 2010.

« Appliquer l’engobe de porcelaine sur mes plats, c’est  préparer sa toile à la façon d'un peintre : cette surface blanche va permettre l’expression de l’œuvre, un moment joyeux avant l’expression artistique plus précise, plus concentrée. L’engobe, c’est ma page blanche avec ce qu’elle peut vouloir dire, ses joies et ses échecs, comme chez l’artiste, l’écrivain.»

Grand bol rouge, 2014, 38 cm. Plat Rhinocéros.

 Pièce réalisée avec Marie Bouchacourt. Grand plat Lune, 2013, 67 cm.